Voir la vie en bleu dans la médina de Chefchaouen

Voir la vie en bleu dans la médina de Chefchaouen

Chefchaouen est une ville du nord du Maroc, célèbre pour sa médina bleue. En effet, la plupart des bâtiments de la vieille ville sont couverts de peinture d’un bleu assez clair. Cela a suffi pour en faire un haut lieu du tourisme au nord du Maroc. Si la couleur intrigue, elle donne un charme certain à une médina perchée dans les montagnes. Il était ainsi impensable pour moi de ne pas visiter Chefchaouen durant mon voyage au nord du Maroc. Découvrons ensemble tout ce qu’il y a à voir à Chefchaouen !

Un peu d’histoire

En 1415, le chérif Moulay Ali ben Rachid est en conflit avec les Portugais. Il souhaite donc disposer d’une base à partir de laquelle attaquer ces derniers. Cette idée voit le jour en 1471, année lors de laquelle il fonde la ville de Chefchaouen. Au XVe siècle, la ville se peuple de musulmans chassés d’Espagne, puis lors d’une nouvelle arrivée au XVIIe siècle.

L’accès à la ville est longtemps interdit aux Chrétiens. Cependant, l’explorateur Charles de Foucauld y pénètre en 1883 en se faisant passer pour un juif, et en délivre une première description, celle d’une ville déjà pittoresque et pleine de charme.

Visiter Chefchaouen

La place Mohammed V

La place Mohammed V est une place circulaire au centre de laquelle on trouve un espace vert, une petite touche de vert bienvenue au milieu de tout ce bleu. Les bâtiments qui l’entourent témoignent du protectorat espagnol (1912 à 1956), l’architecture étant semblable à celles des bâtiments de la place Moulay el-Mehdi de Tétouan.

place Mohammed V de Chefchaouen
La place Mohammed V, entourée par des bâtiments d’époque coloniale, a été mon point d’entrée dans Chefchaouen.

L’avenue Hassan II mène devant la porte Bab el-Aïn.

Découvrir la médina de Chefchaouen

Se promener dans les rues bleues

La porte Bab el-Aïn est l’entrée principale de la médina de Chefchaouen. 

Derrière la Bab el-Aïn, il y a une fontaine. L’eau des montagnes alimente toute la médina par ces fontaines, dont l’eau est potable. Je n’ai ainsi acheté aucune bouteille lors de mon séjour à Chefchaouen !

Il y a deux directions possibles. J’ai pour ma part tourné à gauche après être entré par la porte Bab el-Aïn. La rue nous mène au niveau d’une autre porte : Bab el Souk. Cette porte donne sur l’avenue Hassan Ier. D’autres rues, dont je ne me souviens plus le nom, prolongent cette avenue. Parcourons l’avenue Hassan Ier et les suivantes. Les rues qui coupent celles-ci sont des plus pittoresques. Car non contente d’être colorée en bleu, la médina de Chefchaouen est également décorée avec d’autres couleurs : le blanc des murs, le marron de certains autres murs, et les multiples couleurs des produits vendus par les magasins bordant les rues.

Dans une rue, les marchands posent leurs marchandises au bord des rues pour créer un décor envoûtant, tandis que dans une autre, des pots de fleurs colorés sont accrochés aux murs. Cette dernière est la “callejon el asri”, le “j” devant être prononcé comme en espagnol. Sinon, vous pouvez demander la “rue Instagram”. Tout le monde la connaît là-bas ! Cependant, évitez de faire le buzz en postant sur cette application la photo d’une autre rue, sinon vous allez perdre beaucoup de monde dans la médina, si une deuxième “rue Instagram” apparaît !

callejon el-asri aussi connue sous le nom de rue Instagram...
On en voit de toutes les couleurs !

Je vous propose maintenant une série de photos de la médina de Chefchaouen.

rue de la médina de Chefchaouen
rue de la médina de Chefchaouen
escalier dans une rue de la médina de Chefchaouen
rue de la médina de Chefchaouen vue de haut
Changement de perspective…
rue en descente dans la médina de Chefchaouen
rue de la médina de Chefchaouen
rue bordée de hauts immeubles dans la médina de Chefchaouen
ruelle couverte dans la médina de Chefchaouen
ruelle avec des boutiques à Chefchaouen
ruelle de la médina de Chefchaouen
rue couverte de la médina de chefchaouen avant l'ouverture des boutiques
Les boutiques ne sont pas encore ouvertes…
rue couverte avec des boutiques à Chefchaouen
Un passage couvert de Chefchaouen…
rue avec de la végétation dans la médina de Chefchaouen
Retour dans le blanc et bleu.
rue et des médina de Chefchaouen
rue des mille et unes nuits à Chefchaouen
Une ruelle sortie tout droit des contes des mille et une nuits…

Mais au fait, pourquoi la médina de Chefchaouen est-elle bleue ?

C’est une bonne question ça ! J’ai justement interrogé plusieurs personnes afin de le savoir, et les réponses varient. L’explication qui revient le plus souvent celle-ci : les juifs avaient des maisons bleues et les musulmans des maisons marrons. Quand les premiers sont partis, durant la seconde moitié du XXe siècle, les seconds ont trouvé la couleur bleue sympa, et ont repeint leurs maisons. D’autres soutiennent le fait que la couleur bleue éloignerait les insectes tels que les moustiques.

Nous arrivons devant la porte Bab el-Onsar, par laquelle nous pouvons sortir de la médina.

Attends un peu, nous n’avons vu que le nord de la médina ! Et au sud, il n’y a rien ?

Si, il y a plusieurs choses. Je vous propose de terminer la médina et d’aller voir au-delà de la porte Bab el-Onsar plus tard. Lors de mon voyage, j’ai visité la médina sur plusieurs jours et n’ai pas suivi d’itinéraire particulier, si ce n’est celui que je viens de présenter.

La place Uta el-Hammam

Pour se rendre à la place Uta el-Hammam, le plus simple est de partir de la porte Bab el-Aïn. Mais cette fois, au lieu de tourner à gauche, nous continuons tout droit. Quand nous arrivons au niveau d’une impasse, c’est qu’il fallait tourner à gauche au croisement précédent. Tout d’abord, nous passons devant la Grande Mosquée, avec son minaret octogonal, construite au XVe siècle. Comme son nom l’indique, c’est la plus grande des vingt mosquées de la médina. La place Uta el-Hammam est la place principale de la médina de Chefchaouen, la plus animée. On y trouve de nombreux rabatteurs, un pour chaque restaurant qui borde la place. La place Uta el-Hammam rappelle la place Jemaa el-Fna de Marrakech.

Chefchaouen place Uta el Hammam
Tout comme dans la place Jemaa el Fna, difficile de passer sans se faire interpeler !

La kasbah de Chefchaouen

entrée de la kasbah de Chefchaouen
La kasbah a échappé à la mode de la peinture bleue. Il faut dire qu’avec sa taille, cela aurait nécessité beaucoup de peinture…

Comme nous l’avons vu dans le paragraphe historique, la ville de Chefchaouen a été fondée afin de servir de base pour des attaques contre les Portugais. C’est donc logiquement qu’on y a bâti une kasbah. Celle-ci date de 1471. Onze tours ponctuent les hautes murailles. Le donjon, la tour des Portugais, car bâtie par des prisonniers portugais, peut être visitée. On y trouve des panneaux explicatifs sur l’art de la région, une princesse et les femmes d’une tribu locale. La tour n’est pas le seul endroit à visiter. En effet, on trouve dans la kasbah le musée ethnologique, dont les panneaux ne sont malheureusement pas traduits en français, seulement en espagnol ! Enfin, un jardin se trouve au centre de la kasbah, en faisant l’endroit le plus vert de la médina !

jardin de la kasbah de Chefchaouen
L’une des seules images de l’article sans bleu !

La visite coûte 60 dirhams.

La place Haouta

Pas grand chose à dire sur cette place, je fais seulement un paragraphe pour vous dire que c’est une place à voir, au centre de laquelle se trouve une fontaine.

chefchaouen place haouta
La plus belle fontaine de la ville.

Sortir de la médina

Au-delà de la Bab el-Onsar, un pont permet de traverser l’oued Laou. De nombreux vendeurs attendent les touristes tandis que des femmes viennent faire la lessive aux lavoirs situés à quelques mètres de là. Un chemin à droite permet de faire une promenade le long de l’oued Laou. A gauche, un chemin mène à la source Ras el-Ma. Les escaliers, au milieu des deux chemins cités précédemment, permettent de rejoindre la mosquée espagnole.

mosquée espagnole de chefchaouen
Mais qu’attendent tous ces gens ?

Cette mosquée a été construite par les Espagnols (d’où son nom), mais n’a pas servi. En effet, les habitants ont sans doute privilégié l’une des vingt mosquées de la médina, ce qui leur évite de gravir la colline ! En revanche, elle est maintenant envahie tous les soirs par tous ceux qui souhaitent admirer le coucher du soleil et la médina. Le promontoire offre effectivement une belle vue sur la médina, qu’il convient de ne pas rater lors de sa visite de Chefchaouen !

vue sur la médina de Chefchaouen depuis Ras el maa
On aperçoit les remparts de la médina ainsi que les arbres qui apportent quelques nuances de couleurs.
panorama sur Chefchaouen depuis l'église des espagnols
La vue sur Chefchaouen depuis l’église des espagnols permet de se rendre compte de la taille de la kasbah.
Chefchaouen vue depuis l'église espagnole
Illumination sur la médina bleue.
panorama sur la médina de Chefchaouen
Un lac sur le versant de la montagne !
coucher de soleil sur la médina de Chefchaouen
Attendre dans le froid ne m’a malheureusement pas permis de voir de beaux couchers de soleil comme à Essaouira ou Tanger…

Visiter Akchour

Akchour est un petit village situé à trente kilomètres de Chefchaouen par la route. Pour s’y rendre, il faut emprunter un grand taxi (25 dirhams par place). Akchour est un petit village, où poussent les snacks de tacos et hamburgers. Mais pas d’inquiétude, il y a largement de quoi se restaurer durant la promenade. Plusieurs chemins sont possibles au niveau du barrage : un chemin à droite, ou traverser le pont qui mène à deux autres chemins, un partant vers la gauche et un vers la droite. Je choisis la première option.

Le début de la promenade se fait au soleil, sur un chemin large, où il est impossible de se perdre. Ensuite, il y a deux possibilités. Un homme me dit que la grande cascade, que je voulais voir, ne se trouve pas par là. Le chemin de droite, qui monte, est selon lui dangereux. Il ne me resterait donc que celui de gauche, qui longe l’oued mais qui ne mènerait pas à la grande cascade.

Qu’à cela ne tienne ! Je choisis donc le chemin qui longe l’oued, et il est là aussi bien balisé. De nombreux snacks ponctuent le chemin, où il est possible de manger sur un petit îlot ou les pieds dans l’eau. Après quelques dizaines de minutes de marche, j’arrive devant le « pont de Dieu », là où l’oued a transpercé la montagne.

pont de dieu près d'Akchour
Les futures gorges d’Akchour ?

Ce n’est pas la cascade que je recherchais, mais c’est tout de même très intéressant. Certains se baignent : seul moyen d’aller plus loin car le chemin, lui, s’arrête ici. Je mange donc pas loin d’ici, et retourne au niveau du barrage.

Je traverse l’oued et m’engage sur le chemin de droite qui mène à la “grande cascade”. Malheureusement, après avoir interrogé plusieurs personnes, il semblerait que celle-ci se trouve à deux heures de marche. Il est 15h, et comme j’ai appris de mes erreurs depuis la dernière randonnées près des gorges du Todra, je décide de ne pas me lancer dans cette randonnée. Je peux tout de même voir plusieurs cascades, assurément moins impressionnantes que la Grande Cascade, mais au moins j’en aurai vu !

parc naturel de Talassemtane
Les montagnes de la région de Chefchaouen sont complètement différentes de celles du sud !

Avant de partir, je marche un peu de l’autre côté d’Akchour pour prendre des photos des villages dans les montagnes.

village dans la campagne de Chefchaouen
Campagne dans la région de Chefchaouen, vue depuis Akchour.

Un détour à Al-Hoceïma

Il n’y a pas assez à dire sur Al-Hoceïma pour rédiger un article complet. Etant donné que j’ai visité cette ville juste après Chefchaouen, j’en parle donc ici. Al-Hoceïma est une ancienne ville, siège d’une garnison espagnole pendant le protectorat. La ville est désormais devenue une station balnéaire. Mais au fait, comment on y va, à Al-Hoceïma ?

Le trajet de Chefchaouen à Al-Hoceïma

Ce n’est pas si simple, car il faut emprunter trois grands taxis ! Voici un petit tableau récapitulatif de ce trajet d’environ 220 km sur route.

DépartArrivéeDuréePrix (en dirhams)
ChefchaouenBab Berred1h3035
Bab BerredIssaguen50 minutes25
IssaguenAl-Hoceïma2h1580

Soit un total de 4h35 de trajet ! Auxquels il faut bien sûr ajouter le temps que le taxi suivant se remplisse (aux alentours d’une demi-heure à chaque fois, en ce qui me concerne). Tout ça pour une ville qui, je pense, n’en vaut pas la peine. Mais parlons d’abord du plus intéressant : le voyage ! Et oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, parcourir cette route qui serpente dans les montagnes en grand taxi dont le chauffeur ne respecte pas les standards européens de conduite est ce qui vaut le plus le coup.

En effet, la route traverse ici des paysages sublimes, parmi les plus beaux du pays. Les grands panoramas donnent une bonne vision des montagnes du rif, d’autant plus qu’ils sont variés selon les portions du parcours. Je vous livre ici un petit résumé : entre Chefchaouen et Bab Berred, le paysage est semblable à celui de la route vers Akchour, à savoir de grands champs jaunes parsemés d’habitations. De Bab Berred à Issaguen, les champs sont remplacés par des forêts, qui empêchent de bien voir le paysage. Mais lorsque celui-ci est visible, il est tout vert de conifères. Les champs ont disparu, de même que les habitations qu’on trouvait tout au long de la portion précédente. D’Issaguen à Al-Hoceïma, les conifères laissent la place à des champs, plus petits, moins dorés, et aux élevages de moutons ou de chèvres de tailles très modestes.

Je pense que c’est ici que la voiture aurait été le plus utile. Premièrement, pour ne pas attendre entre les étapes, deuxièmement pour pouvoir s’arrêter plus longuement devant un beau paysage et pouvoir prendre des photos. En grand taxi, il est tout de même possible d’en profiter, même si j’évitais de trop regarder par la fenêtre. Voir le vide si proche n’est pas compatible avec la conduite de certains chauffeurs…

Visiter Al-Hoceïma

Il n’y a pas grand chose à faire à Al-Hoceïma. J’ai essayé plusieurs plages, qui sont jolies mais pas exceptionnelles. En plus, alors que je me baignais sur la plage Quemado (dans une corniche à côté de l’hôtel Mercure), j’ai remarqué des méduses dans l’eau. Je n’étais déjà pas très motivé pour me baigner… Plusieurs plages d’Al-Hoceïma sont situées dans des corniches. J’en ai ainsi visité plusieurs, sans en trouver une particulièrement intéressante. C’est du sable et de l’eau, il n’y a même pas de grandes vagues. Les plus belles se situent dans le parc national d’Al-Hoceïma, situé à l’ouest de la ville. Il est accessible en grand taxi. Prévoir une journée pour avoir le temps d’y aller et de s’y promener.

Au sud d’Al-Hoceïma, le parc de Boujibar est une étendue de pins méditerranéens, où on peut randonner à la découverte de points de vue sur Al-Hoceïma. De nombreux aménagements ont été réalisés : aires de jeux, terrains d’accrobranches pour petits et grands, écomusée… Ce doit être un endroit animé le week-end. Mais quand j’y étais, le matin, il n’y avait personne ! La randonnée dure deux heures.

J’ai logé à l’hôtel Rif, très correct pour le prix (seulement 120 dirhams).

plage d'Al-Hoceïma
Toujours autant de bleu !

Le mot de la fin

J’ai adoré mon séjour à Chefchaouen ! Avec sa médina bleue perchée sur les montagnes, cette ville idyllique est un endroit parfait pour se reposer au calme. Les montagnes aux alentours offrent de beaux paysages, si bien que j’aurais bien envie de prévoir des randonnées dans la région. En revanche, la découverte d’Al-Hoceïma était assez décevante. En plus, je n’ai pas pu m’arrêter photographier les paysages, qui constituaient le principal point d’intérêt du voyage. C’est là que la voiture a l’avantage sur les grands taxis ! Chefchaouen est une destination dont je me souviendrai comme l’une de mes préférées au Maroc.

Stupas avec paysage en arrière-plan

Le complexe de Borobudur

Si je dis bouddhisme, beaucoup de personnes vont tout de suite penser à la Chine. Ceux qui connaissent un petit peu vont penser à l’Inde. Car oui, le bouddhisme vient d’Inde et serait arrivé en Chine de l’ouest, de ce qui est aujourd’hui l’Afghanistan. Par contre, si on vous parle du plus grand temple bouddhiste du monde, c’est en Indonésie qu’il faudra le chercher. Plus précisément à Borobudur. Où ? A une heure et demie de scooter de Yogyakarta, dans…

Lire la suite Lire la suite

la kasbah amridil

Dans les montagnes sur la route des mille kasbahs

A partir de Ouarzazate et jusqu’à Er Rachidia en passant par la vallée du Dadès et la vallée du Todra, nous entrons dans ce qui est communément appelé la « route des mille kasbahs ». Nous allons donc nous lancer dans la découverte des kasbahs, ces constructions typiques du sud marocain. A Rabat, la kasbah des Oudayas était un quartier de plusieurs habitations, entouré d’un mur d’enceinte. Dans le sud marocain, une kasbah est un bâtiment, le plus souvent carré avec une…

Lire la suite Lire la suite

place de la concorde avec au centre la fontaine des quatre fleuves

Visiter le 8e arrondissement de Paris

Avec le septième arrondissement, où se trouvent la tour Eiffel et les Invalides, le huitième arrondissement est l’un des plus emblématiques de Paris. On y trouve les Champs-Elysées, menant de la place de la Concorde jusqu’à l’Arc de Triomphe, ainsi que de nombreux établissements hauts de gamme, que ce soient les magasins sur les Champs-Elysées ou les hôtels et restaurants étoilés. C’est aussi dans cet arrondissement que se trouve le palais de l’Elysée. Comme tous les touristes se rendant à…

Lire la suite Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *