Makassar, aux portes de Sulawesi

Makassar, aux portes de Sulawesi

J’ai eu de gros doutes quant à la possibilité de me rendre sur l’île de Sulawesi après le tsunami ayant touché Palu, au nord-ouest de l’île. Finalement, c’était possible, Makassar est à plus de 800 km au sud de Palu. J’avais commencé à préparer un itinéraire de substitution à Bali, mais ça ne me correspondait pas. J’étais déterminé à visiter les villages Toraja et Makassar en était la porte d’entrée. De plus, j’allais y rencontrer ma toute première correspondante indonésienne, avec qui je parle fréquemment depuis un an.

Premier article de présentation de la ville et de quelques endroits à visiter à Makassar.

 

Se rendre à Makassar

 

Au moment de sortir de l’aéroport, je suis interpellé par la personne qui est chargée de renseigner les touristes. Il me présente tout ce qu’il y a à faire dans les villages Toraja, je repars donc avec la carte. J’en profite pour lui demander d’où part le bus. En effet, un bus relie l’aéroport à la ville, l’aéroport étant distant de 17 km du centre de Makassar. Le prix est de 27 000 IDR. Il n’y a plus qu’à m’arrêter à l’adresse où ma pote m’attend. Avec l’aide d’autres passagers, je pense y arriver.

C’est alors qu’en lui envoyant une photo pour lui montrer où je suis, je réalise qu’elle vient de m’envoyer exactement la même ! J’avais prévu de loger à l’hôtel mais je suis finalement hébergé par des amis à elle. Ils vivent dans un immeuble d’une petite rue. L’étage est constitué d’un couloir extérieur qui débouche sur une cuisine et une salle de bains commune. Il y a quatre chambres, tous viennent des Moluques.

La visite de la ville commence le lendemain, une fois que tout le monde s’est levé et que j’ai acheté mon billet de bus pour aller aux villages Toraja. Et on fait quoi à Makassar ? On va à la plage !!! Il faudrait peut-être, depuis le temps que je me promène sur des îles…

 

La croisette de Makassar

 

En fait, à la plage, pas vraiment. Makassar dispose d’une jolie petite croisette qui longe la plage Losari. Elle est cependant occupée par un festival en ce moment. Ainsi, je ne peux pas prendre en photo les lettres qui indiquent fièrement où on se trouve. Il y a de nombreuses statues et quelques œuvres d’art qui ne sont peut-être pas permanentes. Je voulais voir la mosquée sur l’eau, assez originale mais qui ne semble vraiment pas très grande !

Mosquée sur pilotis à Makassar
La mosquée Amirul Mukminin n’a pas peur de la montée des eaux !

 

Au loin, on voit une autre mosquée avec de nombreux dômes. Son apparence est vraiment originale ! Elle vous fait penser à quoi ?

La mosquée aux 99 dômes
La mosquée aux 99 dômes. Je ne les ai pas compté !

 

Un portrait sur la croisette de Makassar
La croisette semble un lieu d’exposition d’œuvres d’art !

 

Peinture sur la croisette de Makassar
En haut à gauche, on peut voir que ce tableau porte une référence au tsunami qui a frappé Sulawesi fin septembre 2018.

 

Trois statues sur la croisette de Makassar
Petite devinette : qui sont-ils ?

 

Statues à la croisette de Makassar
Je me demande bien comment ils sont arrivés ici ces trois-là !

 

Ça a l’air d’être un coin assez sympa, à revoir le soir avec le coucher de soleil. Je n’en aurai malheureusement pas l’occasion, mais ma pote m’a envoyé une photo !

Coucher de soleil sur la croisette de Makassar
Ça n’en a pas l’air sur cette photo, mais le lieu peut être assez animé !

 

Le fort Rotterdam

 

Nous entrons ensuite dans le fort Rotterdam, un fort construit par la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales au XVIIe siècle. Il se trouve à l’emplacement d’un ancien fort du royaume de Gowa, un royaume ayant eu sa capitale à Makassar. Peuple de navigateurs, ils se sont enrichis grâce au commerce de l’or. Cependant, la zone a attiré la convoitise des Hollandais et après des périodes de troubles, le sultan est vaincu et la colonisation débute en Sulawesi. (je la fais en version simple). A l’entrée, il me semble qu’il faut payer. Nous sommes d’ailleurs interpellés mais ma pote ne s’arrête pas ! Je la suis car je ne veux pas me perdre. Sûrement une donation non obligatoire.

Il y a de nombreux bâtiments dans le fort, à l’architecture hollandaise toujours, qui se ressemblent tous quand même un peu. Je rencontre des jeunes enfants qui, quand je leur dis que je suis français, me disent « Zidane ». Je les mets à jour en leur disant que maintenant, c’est plutôt Mbappé. Ils ont l’air d’aimer le football alors quand on dit que la France a gagné, je leur demande que fait l’équipe indonésienne… Je crois qu’ils n’ont pas encore un niveau très international ! Ensuite, des étudiants m’interviewent avec des questions compliquées, portant par exemple sur l’influence de la K-pop en Indonésie ou la politique sociale du gouvernement indonésien… Je préfère quand ils se prennent en photo avec moi, c’est plus simple. Quand les autres personnes les voient faire, elles accourent pour avoir elles aussi leurs photos !

Le fort Rotterdam
On reconnait l’architecture hollandaise (ou pas) !

La grande mosquée de Makassar

 

Je ne peux pas trop vous dire de choses à propos de la grande mosquée de Makassar, sinon que c’est l’une des plus grandes d’Asie. Elle peut accueillir jusqu’à 10 000 fidèles et a été construite en 1948-1949 avec une grande majorité de matériaux locaux. Elle est donc finalement assez récente. Nous allons en voir une deuxième. Il se trouve que ma pote, musulmane, découvre ces deux mosquées en même temps que moi !

La grande mosquée de Makassar
Le style ne semble pas si moderne

 

L'entrée de la grande mosquée de Makassar
Petit zoom sur l’entrée…

 

Mosquée Al Marquaz
La mosquée Al Marquaz, qui date de 1996

 

Les autres choses à voir à Makassar ou dans les environs

 

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est se promener plus longtemps sur Losari Beach le soir. C’est animé et Makassar est une ville moderne. Vous pouvez vous rendre sur la rue Upu Somba pour acheter des bijoux ou de la porcelaine de Chine. Cela se trouve au sud du fort Rotterdam.

Les cascades de Bantimurung

C’est à 41 km au nord de Makassar et l’entrée est à 15 000 IDR. Malgré le temps que vous pourriez mettre pour y parvenir, ça peut être un coin sympa pour profiter de ces chutes d’eau reposantes et de la végétation luxuriante pour fuir l’animation de la ville. Cependant, il faut dire que Sulawesi n’est pas la zone la plus urbaine d’Indonésie ! Il y a aussi des grottes, munissez-vous d’une lampe ! Si vous aviez prévu de visiter les villages Toraja, elle vous sera utile dans la grotte de Londa.

Gua Lewang Lewang

Ce sont des grottes préhistoriques avec des peintures rupestres vieilles de 5000 ans. Un peu de Lascaux en Indonésie ! Il n’y en a pas moins de 55, alors vous avez de quoi faire. Elles sont situées non loin du village de Maros, tout comme les cascades de Bantimurung. Je souhaitais y aller après les villages Toraja mais j’ai pris la décision trop tard. En effet, il faut compter facilement deux heures de route ! Une bonne solution serait d’y aller quand on va aux villages Toraja, ou qu’on en revient. En ce qui me concerne, j’y serais arrivé aux alentours de 3h du matin… Pas vraiment une heure à laquelle se promener seul dans la rue !

Des bateaux à voile

Si c’est votre passion, ou si vous êtes juste curieux (ou toute autre raison), vous devez savoir qu’entre fin juillet et début août, une course de voiliers se déroule autour de l’île de Sulawesi. Makassar est justement le point d’arrivée de cette course et des événements sont organisés pour l’occasion. C’est la seule course de la sorte que vous trouverez, et cela nous rappelle que les Bugis, le peuple qui se trouve dans cette partie de l’île, est avant tout un peuple de navigateurs ! C’est à Bulukumba que vous trouverez l’un des plus grands chantiers navals d’Indonésie. Par contre, c’est à 154 km de Makassar !

 

Petit mot de la fin

 

J’ai bien apprécié Makassar, qui est la seule ville où je me suis approché si près de l’océan ! Par contre, la température était juste insoutenable ! Et en plus, j’y suis arrivé en T-shirt à manches courtes. Autant dire que mes bras ont fini rouges…

J’ai vu que les voyageurs ne conseillaient pas forcément de visiter la ville, et je connais des gens ayant été à Sulawesi qui n’y sont pas allés. Je trouve que la ville mérite néanmoins que l’on s’y arrête une journée ! C’est encore une ville animée et polluée avec plein de trafic, mais vous oublierez quand vous serez dans les villages Toraja le lendemain !

la place saint-jean à melun

Visiter Melun et ses environs

L’été 2019, je suis rentré à Melun pour voir mes parents. Maintenant que j’ai un blog voyage, je me suis…

Lire la suite Lire la suite

dromadaire au maroc

Une journée avec un éleveur de dromadaires

Avec la levée partielle du confinement au Maroc, je profite de mes week-ends pour partir à la rencontre des marocains….

Lire la suite Lire la suite

mosquée de midelt

Découvrir Midelt au Maroc

Midelt est une ville à 90 km au sud-ouest de Missour que j’ai visitée peu avant le confinement. Située sur…

Lire la suite Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *