La vallée de la Vézère : entre grottes préhistoriques et habitats troglodytiques

La vallée de la Vézère : entre grottes préhistoriques et habitats troglodytiques

Note avant de commencer : cet article date en fait de 2019. Il était resté dans mes brouillons depuis, car je souhaitais en faire un deuxième, à publier juste après. Les plans ayant changés, il est temps de lui donner de la visibilité !

Le week-end de quatre jours l’Ascension a été l’occasion de profiter d’un temps de repos bien mérité. Avec ma tante, j’en ai donc profité pour me lancer dans l’exploration de la vallée de la Vézère ; de vendredi midi à dimanche en fin d’après-midi. Alors que faire lors d’un week-end dans la vallée de la Vézère ? C’est avant tout l’occasion de découvrir un patrimoine riche en histoire, et avant tout en grottes habitées par l’Homme moderne, appelé aussi Homme de Cro-Magnon, il y a plus de 15 000 ans. Mais ce n’est pas tout, car la vallée est aussi riche en habitats troglodytiques.

 

Quelques éléments d’Histoire

 

Quand vous entrez dans la vallée de la Vézère, vous pouvez observer de nombreuses falaises et grottes, on y reviendra. Mais il y a 60 millions d’années, le paysage était bien différent ! En effet, la région se trouvait sous la mer. Il y a eu de nombreux dépôts de sédiments qui ont formé des couches calcaires. Quand la mer se retira, l’érosion due à la Vézère forma ces falaises. Avec en plus le phénomène de gélifraction, c’est-à-dire l’éclatement d’une roche suite à la solidification de l’eau infiltrée à l’intérieur de cette roche, des cavernes et des grottes se formèrent.

Il y a 40 000 ans, à l’arrivée de l’Homme moderne en Europe, il s’installa dans ces abris pour se protéger du froid (et oui, nous étions en période glaciaire !). La vallée de la Vézère constituait un endroit de peuplement idéal. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne vivaient pas dans les grottes comme Lascaux mais dans des abris où la lumière naturelle pénétrait facilement et où ils ne risquaient pas de s’étouffer avec la fumée de leurs feux ! En revanche, il exprima son art dans les cavernes. Ainsi, ce ne sont pas moins de 25 grottes ornées que l’on peut trouver dans la vallée. Au Moyen-Age, ces falaises et abris permettent la construction d’habitats troglodytes que les habitants utilisent pour se protéger, notamment des invasions vikings. Nous ne découvrirons donc pas que des sites préhistoriques !

 

Les sites préhistoriques de la vallée de la Vézère

 

Lascaux II (Montignac)

Tarif : adultes 14€, enfants 9€. Il peut y avoir des billets jumelés avec Lascaux IV et le site du Thot.

Ouvert du 6 avril au 3 novembre, en général de 10h à 18h, sans pause en juillet et août, avec une pause de 12h30 à 14h pour les autres mois.

 

Pour rappel, il y a quatre Lascaux : la première est l’originale, fermée au public, la deuxième est une copie d’une partie de l’originale (40% de la grotte originale qui représente 80% des peintures), la troisième est la grotte itinérante qui voyage à travers le monde et la quatrième (Centre International de l’Art Pariétal, appelé Lascaux IV) est la reconstitution complète ayant ouvert ses portes à la fin de l’année 2016. En plus d’une reproduction totale de la grotte originale, on y trouve une maquette de la grotte, une exposition présentant la préservation de la grotte et des objets qui y ont été retrouvés. Mais comme l’entrée de la deuxième est moins chère et que la majorité des visiteurs préfèrent s’arrêter à la 4e, nous avons parcouru quelques mètres de plus en voiture pour visiter Lascaux II.

Ce site, plus petit et moins fréquenté, permet une bonne découverte de ce chef-d’œuvre de l’art pariétal. Cependant, l’objectif de toutes ces peintures reste peu clair. On pense que c’est sacré. En effet, les Hommes de Cro-Magnon étaient animistes et croyaient probablement à des esprits animaux. La visite de Lascaux II dure environ une heure et est très instructive. J’ai adoré découvrir la complexité de ces premières formes d’art, les tout débuts de tous ces magnifiques tableaux qui seront peints des années plus tard. Ce n’est pas pour rien que cette grotte est si connue !

Peinture de cheval renversé dans Lascaux II
Plein de chevaux, et après ça fait des lasagnes. Plus sérieusement, il y a aussi un cerf, et ce n’est qu’un début de ce que vous pourrez y voir !

 

L’abri de Cap Blanc (Marquay)

Visites guidées limitées pour sauvegarder le site, 8€ pour les adultes, 6.50€ pour tarif réduit, gratuit pour les moins de 18 ans et les 18-25 ressortissants européens.

10-18h, du 15 mai au 15 septembre, 10h-12h30 et 14h-17h30 du 16 septembre au 14 mai.

Comme beaucoup de sites de la vallée, il est fermé le samedi. Fermer ce jour-là est une décision assez étrange, et de mon point de vue, c’est l’un des grands mystères de la vallée. Nous l’avons appris à nos dépends… Ce site contient des gravures datant de 15 000 ans, dont beaucoup de chevaux, dont un de plus de deux mètres de long. Il y a aussi des bisons et des cervidés, mais c’est surtout le grand cheval qui est le symbole de cet abri. Vous remarquez que c’est un abri et non une grotte. C’est une cavité mais peu profonde, la lumière du soleil y pénètre facilement. En effet, l’endroit est peu profond et l’Homme de Cro-Magnon y a habité.

Petit aparté, avant d’aller à l’abri du Cap-Blanc, nous sommes allé sur la côte de Jor pour admirer un point de vue sur la vallée de la Vézère, au-dessus du petit village de Saint-Léon-sur-Vézère. C’est aussi le point de rendez-vous de bouddhistes tibétains venant de France et de toute l’Europe, qui y ont même construit un  centre d’études et de méditation (Dhagpo Kagyu ling) et des stupas ! Mais celui-ci fait pâle figure comparé à celui de Borobudur !

 

La Grotte du Sorcier (Saint-Cirq/Les Eyzies)

Adultes : 7.50€, étudiants : 6€, enfants 5-13 ans : 3.50€

Ouvert d’avril au 4 novembre, de 10h à 19h30 en juillet et août, de 10h à 18h30 en mai et juin et de 10h à 18h le reste du temps.

La visite commence par un cluzeau (=cavité artificielle dans le jargon du nord de l’Aquitaine) non aménagé. Elle continue par un musée contenant des outils retrouvés sur place, des reproductions humaines, qui sont rares dans l’art pariétal, et des fossiles de céphalopodes marins (des mollusques avec des tentacules). C’est ensuite que commence la véritable visite, guidée et d’une durée de 30-45 minutes, dans une grotte contenant des gravures. La pièce maîtresse étant la gravure d’un sorcier, ou en tout cas d’un être humain puisque les théories vont bon train quant à son statut. Les photographies ne sont pas autorisées, alors je ne peux pas vous en montrer une pour que l’on en débatte. Ceci-dit, c’est une visite très intéressante et le mystère plaira aux enfants comme aux plus grands.

Une statuette de la vénus de Lespugne
La vénus de Lespugne ! Si c’est le portrait de la femme du sculpteur, j’ai un doute que ça lui ait fait plaisir…

Petite précision : cette statue n’a pas été retrouvée dans la vallée de la Vézère mais en Haute-Garonne. C’est l’une des plus connues. On retrouve donc des répliques à la vente dans de nombreux sites ayant un lien avec la Préhistoire.

L’abri Cro-Magnon (Les Eyzies)

Ouvert de 10h à 18h30. Adulte : 7.50€, 17-25 ans : 6€, 5-16 ans : 4€

C’est ici que l’on a découvert la première sépulture de Cro-Magnon. Le nom de Cro-Magnon provient de cro ou cros qui, en patois périgourdin, signifie trou, creux et de Magnon, qui est un patronyme courant dans la région. Et effectivement, le site est un abri, un creux dans la roche. Cependant, ne vous attendez pas à voir des peintures ou les fameuses sépultures. Il y a en revanche une petite exposition qui démystifie l’Homme de Cro-Magnon et oppose la réalité en face des croyances encore trop souvent admises et véhiculées à propos de ces premiers Hommes modernes. Il y a aussi une petite promenade à faire pour avoir une vue sur le village des Eyzies.

Non loin de là se trouve l’église fortifiée de Tayac. C’est vraiment très proche, je vous conseille donc d’aller voir cette église qui a « emprunté » des colonnes d’un ancien temple gallo-romain pour garnir son entrée.

Entrée de l'église de Tayac avec des colonnes antiques
Voyez les colonnes… Le recyclage était important pour construire plus vite et pour moins cher.

Le Musée National de Préhistoire (Les Eyzies)

Adultes : 6€, 9€ avec visite guidée d’une heure, tarif réduit (famille nombreuse, chèques vacances, 18-25 hors UE) : 4.50€, gratuit pour les moins de 18 ans et les 18-25 ans ressortissants de l’UE.

Ouvert de 9h30 à 18h30 en juillet et août, de 9h30 à 18h en juin et septembre, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30 d’octobre à mai. Fermé le mardi sauf en juillet et août.

Comme nous étions le premier week-end du mois, nous avons pu profiter dimanche d’une entrée gratuite au Musée National de Préhistoire situé dans le village Les Eyzies. Ainsi, nous avons pu regarder à quoi il ressemblait sans rester trop longtemps (histoire de voir un maximum de sites !). Donc qu’y a-t-il dans ce musée ? Des cailloux, des cailloux, beaucoup de cailloux, toujours des cailloux… Plus sérieusement, des restitutions d’animaux du quaternaire, des ossements, des bijoux funéraires et des outils utilisés par les Hommes préhistoriques. Tant d’outils que ça risque de lasser les personnes qui ne sont pas spécialistes du sujet… Et c’est bien ça le principal point négatif de ce musée. Néanmoins, il en faut toujours pour les passionnés et les spécialistes du sujet ! Les panneaux explicatifs sont cependant intéressants.

 

Les villages troglodytiques de la vallée de la Vézère

 

Le village de la Madeleine (Tursac)

Tarif : 7€/personne.

Visites guidées : 11h, 12h30, 14h, 15h30 et 17h. Comptez une heure de visite.

Le lieu est occupé depuis la préhistoire. Le village troglodyte s’est quant à lui développé au Moyen-Age. Ce fût l’un des premiers sites préhistoriques, les fouilles ayant débuté en 1863. Le lieu a donné son nom à une période de la Préhistoire durant laquelle vivait l’Homme de Cro-Magnon : le Magdalénien. Les cavernes du lieu, orientées plein sud, sont idéales pour tenir lors des périodes de grands froid des périodes glaciaires. Au Moyen-Age, le village fait partie d’un réseau de 18 forts troglodytiques construits dans la vallée de la Vézère. Vous pourrez y voir quelques restes de maisons troglodytiques ainsi que les ruines du château surplombant le site. On y trouve aussi une petite église construite à moitié au-dessus du vide qui, si elle paraît moins sensationnelle que les cathédrales, n’en demeure pas moins une prouesse technique !

C’est un très bon site pour découvrir les villages troglodytes, un peu moins en plein été ! Je vous conseille de faire la visite guidée, qui permet de se représenter beaucoup mieux le site au Moyen-Age, notamment l’entrée qui est difficile à comprendre avec seulement le panneau explicatif. Le site préhistorique, quant à lui, ne se visite pas.

entrée du village de la Madeleine
La visite commence dans l’allée principale du village…
Habitat troglodyte dans le village de la Madeleine
Ça manque tout de même un peu d’éclairage et sûrement de réseau 4G

La maison forte de Reignac (Tursac)

Tarifs : adultes 8.50€, étudiants 6.40€, enfants (5-13 ans) 4€

Ouvert 10-19h avril, mai, juin, septembre ; 10-20h juillet-août ; 10-18h octobre, novembre, vacances de Noël.

Pour continuer dans le troglodytisme, nous visitons non pas un village, mais une simple maison fortifiée. Au Moyen-Age, elle pouvait servir d’abri pour la dizaine de familles des maisons alentours. Mais le site était là aussi occupé depuis la préhistoire, et une salle est consacrée à la présentation de cette période ainsi que de nombreux outils. On trouve également des reproductions de statuettes de femmes avec des proportions assez étranges. La maison présente du mobilier d’époque et on trouve sur la terrasse supérieure des pancartes montrant l’évolution du site au cours du temps. La visite se termine par une exposition sur la torture. Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas obligés d’y entrer !

La maison forte de Reignac incrustée dans la falaise
Il ne faut pas avoir peur des éboulements de falaise…

La Roque Saint-Christophe (Peyzac-le-Moustier)

Adultes : 9€, étudiants : 6.50€, enfants 5-13 ans : 5€, enfants 0-5 ans : gratuit

Ouvert de 10h à 17h en janvier, 20h en juillet et août, 18h le reste de l’année.

En 976, l’évêque de Périgueux décide de la construction de cinq forts contrôlant l’accès aux principales vallées du Périgord. C’est ainsi qu’est construit le village de La Roque Saint-Christophe.

Le village a malheureusement été détruit mais rassurez-vous, il n’est pas en plein soleil comme le village de la Madeleine, le matin en tout cas. Comme c’est encore un village troglodyte, je vais vous donner les spécificités que l’on peut y voir : une église creusée dans la paroi avec un clocher, ainsi que des engins reconstitués qui servaient à déplacer les pierres de la carrière et remonter les animaux en cas d’attaque. Lors de la visite guidée, le ou la guide fait une démonstration. Je vous conseille là encore de faire la visite guidée.

La Rocque-Saint-Christophe dans la vallée de la Vézère
C’est assez difficile de s’imaginer les maisons qu’il y avait vu comme ça… Mais vous constatez que c’est à l’ombre !
Engin dans le village de La Rocque-Saint-Christophe permettant de remonter les animaux dans le village en cas d'attaque
Cet engin permettait de remonter les animaux dans le village afin de les mettre en sécurité en cas d’attaque

 

Pour sortir du thème des habitats troglodytes et des grottes préhistoriques

 

Château de Commarque (Les Eyzies)

Tarif : adultes 8.80€, étudiants 6.5€, 13-17 ans 5€, 6-12 ans 4€.

Ouvert d’avril à fin octobre de 10h à 19h (20h en juillet et en août).

Il n’est pas possible de visiter la grotte préhistorique. Même si vous auriez pu y admirer une gravure d’un cheval grandeur nature, vous avez de quoi faire avec les autres grottes, non ? Ici, pas de peintures ni d’habitats troglodytes, mais simplement un château médiéval. Mais c’est bien aussi, je vous assure ! Le château est en pleine rénovation (depuis 1962, par le propriétaire Hubert de Commarque), c’est donc un petit exercice pour votre imagination afin de faire apparaître les parties d’habitations manquantes. Ceux qui trouvent l’exercice difficile pourront toujours s’aider du cahier avec les explications qui est délivré à l’entrée.

Le donjon a bien été restauré et à l’intérieur, on peut trouver plusieurs jeux d’époque. Cela rend la visite adaptée pour les jeunes enfants qui ne sont peut-être pas passionnés par les sites dont il a été question jusque-là. Et même les adultes peuvent y jouer. C’est ce qu’on apprécie dans ce château : il y en a pour tous les âges. En revanche, il n’y a que peu d’ombre. C’est normal étant donné l’état du château mais l’entrée dans le donjon est la bienvenue ! Le donjon gothique, au sommet duquel il est possible de monter, offre une belle vue sur les forêts avoisinantes. Eh oui, bienvenue en Dordogne, il y a vraiment beaucoup d’arbres mais au moins, ce ne sont pas que des pins !

Vue sur le château de Commarques dans la vallée de la Vézère

Le donjon du château de Commarques
Le donjon est surélevé sur un promontoire. Pratique pour la défense !

Saint Léon sur Vézère

Ce serait l’un des plus beaux villages de la vallée ! Alors nous sommes allés y jeter un œil (rassurez-vous, je n’en suis pas devenu borgne). On peut y voir une église romane bâtie sur les vestiges d’une villa gallo-romaine que l’on retrouve dans la base et le clocher. Il y a également un château datant de la Renaissance avec un toit en ardoises mais qui est peu visible malheureusement.

 

Le mot de la fin

 

La vallée de la Vézère ravira les passionnés de la préhistoire et tous ceux désireux d’en savoir un peu plus sur nos origines. La grande diversité de sites permet de varier les plaisirs ou de découvrir sous différents angles. Elle permet également de satisfaire les novices comme les initiés ! Mais les autres personnes, qui ne sont pas intéressé par les Hommes préhistoriques, auront quand même de quoi faire. Pourquoi ne pas vous laisser tenter par une descente de la Vézère en canoë ?

la kasbah amridil

Dans les montagnes sur la route des mille kasbahs

A partir de Ouarzazate et jusqu’à Er Rachidia en passant par la vallée du Dadès et la vallée du Todra, nous entrons dans ce qui est communément appelé la « route des mille kasbahs ». Nous allons donc nous lancer dans la découverte des kasbahs, ces constructions typiques du sud marocain. A Rabat, la kasbah des Oudayas était un quartier de plusieurs habitations, entouré d’un mur d’enceinte. Dans le sud marocain, une kasbah est un bâtiment, le plus souvent carré avec une…

Lire la suite Lire la suite

ksar d'aït ben haddou au lever du soleil

Voyage de Télouet à Ouarzazate : les kasbahs font leur cinéma

En quittant Marrakech, je me lance sur la route des mille kasbahs. La destination la plus évidente, à l’est, c’est Ouarzazate. Mais avant, un arrêt s’impose à Aït Ben Haddou et j’ajoute également un arrêt à Télouet. Le point commun entre tous ces lieux ? On y trouve des kasbahs, ces célèbres grandes maisons fortifiées du sud marocain. Ce ne sont que les premières, mais pas les moindres ! Entre la magnificence un peu perdue de la kasbah de Télouet, le village…

Lire la suite Lire la suite

marrakech place jemaa el-fna

Visiter Marrakech et découvrir son patrimoine exceptionnel

Marrakech, pour de nombreux touristes, serait presque le synonyme de Maroc. Ils sont nombreux à ne voir du Maroc que la ville ocre. En effet, Marrakech accueille près de la moitié des voyageurs au Maroc. Ils profitent de ses températures clémentes, de la concentration de monuments historiques ainsi que des infrastructures hôtelières. Marrakech est une formidable vitrine sur l’architecture marocaine, l’histoire du pays, ses arts et ses traditions. Mais la ville ne doit pas faire oublier la richesse de tout…

Lire la suite Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.