Un week-end à Saintes

Un week-end à Saintes

Note avant de commencer : cet article date en fait de 2019, et était resté dans mes brouillons depuis. Il est temps que je le publie !

J’ai occupé le deuxième week-end du mois d’août en visitant Saintes avec ma tante et deux de ses amis. La médiathèque était fermée, donc ça tombait plutôt bien ! Saintes est une ville située à un peu plus d’une heure au nord de Bordeaux, un week-end est donc parfait pour s’y rendre. Enfin, une heure, c’est quand il n’y a pas des embouteillages monstres sur l’autoroute ! Malgré ça, nous avons fini par arriver et nous avions un après-midi et le dimanche pour visiter Saintes.

 

Un peu d’histoire

 

Vous en avez l’habitude, nous commençons par un petit point historique. Le site est occupé dès le néolithique. Durant la guerre des Gaulles, les santons (rien à voir avec les santons de Provence, c’est une peuplade gauloise) sont plutôt potes avec les romains. Cette collaboration explique l’importance du patrimoine antique de la ville qui devient la capitale romaine de la grande région Aquitania. Ce statut de capitale s’explique aussi par la présence du fleuve, de trois sources alignées dont des aqueducs vont amener l’eau en ville et par le fait que la ville se trouve au centre de la région Aquitaine.

Ne sortez pas votre carte, mais en effet, les romains semblent avoir eu une étrange définition du centre (quoique si on prend en compte uniquement l’axe nord-sud, ça pourrait presque être acceptable). La ville perd peu à peu son importance au profit de Bordeaux. Elle décline lors des invasions à la fin de l’Empire Romain. Le climat restera instable dans la première partie du Moyen-Age avec les invasions Vikings.

Elle se trouvera ensuite dans une zone assez mouvementée au cours de la Guerre de Cent Ans puis plusieurs monuments seront détruits lors des guerres de religion. La ville est cependant revitalisée par l’arrivée du chemin de fer en 1867. Enfin, elle a obtenu le label de ville d’art et d’histoire en 1986.

 

Visiter Saintes

 

Faire une ballade en gabarre

Tarif : 8€ pour les adultes, 6.50€ pour les enfants de 3 à 12 ans, gratuit pour les plus jeunes.

Horaires : du 25 mai au 14 septembre, départ à 15h

Nous avons commencé par une heure de promenade sur une gabarre pendant qu’une guide nous expliquait l’histoire de la ville. Ces gabarres, des bateaux à faible tirant d’eau, servaient au commerce sur le fleuve entre Angoulême et Rochefort. Elles pouvaient transporter du cognac, du bois, du chanvre pouvant être utilisé dans l’arsenal de Rochefort, de la poterie, des pierres de Crazannes… La pierre de Crazannes, c’est cette pierre calcaire blanche avec laquelle sont construits les bâtiments de la ville.

Le commerce avec les gabarres s’est arrêté après la Seconde Guerre Mondiale, et souffrait déjà de la concurrence du train. On se sert maintenant de l’une d’elle pour cette visite permettant de découvrir la ville tout en flânant sur le lit calme de la Charente.

D’autres thèmes existent pour faire une promenade en gabarre sur la Charente.

Visiter les sites historiques de la ville

Je ne vais pas les faire dans l’ordre, mais voici ceux que l’on a visité.

L’abbayes aux Dames

Tarifs : 8€ pour les adultes, 6€ pour le tarif réduit et gratuit pour les enfants de moins de 6 ans. Gratuit si vous y avez dormi !

Horaires : janvier, février, mars et novembre de 14h à 18h, avril et mai de 10h à 12h30 et de 14h à 19h, de juin à septembre de 10h à 19h, octobre et décembre de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Prévoyez d’arriver au plus tard une heure avant l’horaire de fin d’ouverture.

Plus que de la visiter, nous y avons passé la nuit. Construite en 1047, elle a une grande influence au Moyen-Age. Mise à sac par les protestants pendant les Guerres de Religion puis subissant deux incendies au XVIIe siècle, elle est reconstruite, même si sa transformation en caserne militaire au XIXe siècle a laissé des traces (destruction du cloître…). Il est possible de visiter l’église romane et le bâtiment principal, ainsi que de monter jusqu’au sommet du clocher en forme de pomme de pin. Chose assez rare : on peut voir le haut des voûtes de la nef de l’église lors de la visite.

façade de l'église de l'abbaye aux dames
La majorité de la visite se passe dans l’église de l’abbaye.

La cathédrale Saint-Pierre

Elle a connu bien des difficultés lors de l’Histoire. Les voûtes s’effondrent partiellement au XVe siècle et l’église est saccagée lors des Guerres de Religion. La reconstruction se faisant avec des moyens limités, elle se retrouve moins haute et privée du pic qui laisse la place à un dôme.

Après être ressorti par le clocher-porche, ne ratez pas le cloître, situé juste à côté de l’église.

Le clocher de la cathédrale Saint-Pierre à Saintes
Le dôme au sommet du clocher de la cathédrale est visible de loin.
Le tympan de la cathédrale Saint-Pierre à Saintes
Comme dans de nombreuses cathédrales, il y a beaucoup de statues sur le tympan.

La basilique Saint-Eutrope

Cette basilique est construite à la fin du XIe siècle en l’honneur de Saint Eutrope, qui a évangélisé les habitants de la région. On sait très peu de choses sur lui, même l’époque à laquelle il a vécu. Cette église romane au clocher de style gothique flamboyant s’est retrouvée dans un fort état de détérioration à la fin du XVIIIe siècle. A la suite des restaurations, on peut y voir une façade de style néo-roman tandis que la nef n’a pas survécu dans son intégralité. Vous pouvez également visiter la crypte où se trouvent le tombeau de Saint Eutrope et des sculptures de l’époque mérovingienne.

Basilique Saint-Eutrope à Saintes
L’entrée de la basilique Saint-Eutrope, qui se trouve sur le côté.
L'autel de la basilique Saint-Eutrope
L’autel de la basilique Saint-Eutrope.
Crypte de la basilique Saint-Eutrope
Rassurez-vous, la crypte est un peu moins sombre en réalité.

L’arc de Germanicus

Construit en 18 ou 19, l’arc de Germanicus était la porte de la ville. Sauvé in-extremis de la destruction au XIXe siècle, il fut finalement déplacé pour ne pas finir dans l’eau. Il se situe non loin de l’office de tourisme et près de la Charente, vous ne pouvez pas le rater !

L'arc de Germanicus à Saintes
Devant l’arc de Germanicus, une œuvre contemporaine pour fêter les 2000 ans du monument. Elle se trouverait dans l’alignement de l’ancien pont antique.

L’amphithéâtre de Saintes

Tarifs : 4€ pour les adultes, gratuit jusqu’à 18 ans. Ajoutez 3€ pour une visite guidée ou un audioguide (mais toujours gratuit pour les enfants de moins de 12 ans). A noter qu’il y a une réduction si vous visitez aussi un musée (le prix devient 4.50€) et un prix groupé si vous visitez aussi l’abbaye aux Dames (11€ pour les adultes et 6€ pour les jeunes jusqu’à 18 ans).

Gratuit pour les étudiants, les demandeurs d’emploi, les personnes handicapées…

Horaires : du 2 mai au 30 septembre de 10h à 19h et du 1er octobre au 30 avril de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h à part le dimanche de 14h à 17h30.

Emboîté dans un vallon, cet amphithéâtre fût inauguré en 40 après J-C. L’amphithéâtre est un lieu où se déroulent des combats de gladiateurs. Les combats sont organisés soit par la ville, soit par des mécènes. Les combats ne ressemblaient en rien à ce qui est présenté dans les films puisque ce ne sont pas des combats à mort. Le dirigeant ne choisit pas s’il sauve ou condamne le perdant. En effet, un gladiateur est trop onéreux pour qu’on le tue pour le bon plaisir de la foule… Je vous dévoile un peu le contenu de la visite guidée (très intéressante !), car je pense que c’est important de combattre les préjugés véhiculés notamment par les films hollywoodiens. Et ils sont malheureusement nombreux !

Cet amphithéâtre, l’un des plus grands et des plus anciens, pouvait accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs. Il est aujourd’hui en ruines mais on peut encore imaginer l’activité qui avait lieu il y a un peu moins de deux millénaires !

Amphithéâtre romain de Saintes
Je recherche quelques gladiateurs volontaires pour donner un coté plus vivant à cette photographie !

Que voir d’autre à Saintes ?

Visiter des musées

Il y en a plusieurs en ville : le musée Dupuy-Mestreau est un peu une sorte de bazar abritant une collection d’objets divers tandis que le musée archéologique porte sur le patrimoine antique de la ville, et est en attente d’être agrandi. Les amateurs d’art peuvent se rendre dans le musée de l’échevinage. Le centre d’interprétation de l’Architecture et du Patrimoine retrace l’évolution de l’urbanisme de la ville.

Il y a sûrement des choses intéressantes à y voir, mais un week-end était un peu court pour cela ! J’aurais certainement choisi le musée archéologique.

 

Les Thermes de Saint-Saloine

Pas de baignade au programme, mais les thermes de Saintes étaient très importants par leur taille. Il n’en reste cependant pas grand-chose.

 

Les alentours de Saintes

A 18 km au nord-ouest de Saintes, vous trouverez le château de la Roche-Courbon du XVe et du XVIIe siècle. Vous pouvez également visiter d’autres abbayes, telles que l’abbaye de Fontdouce et celle de Sablonceaux. Il y a aussi le paléosite de Saint-Césaire. Il n’y a pas que dans la vallée de la Vézère que l’on peut en apprendre plus sur les Hommes préhistoriques !

 

Le village de Talmont-sur-Gironde

 

En retournant à Bordeaux, nous nous sommes arrêtés au village de Talmont-sur-Gironde. Cette ancienne bastide fondée par les anglais au XIIIe siècle domine l’estuaire de la Gironde du sommet de sa falaise. S’il ne reste presque rien des remparts de la ville du Moyen-Age, l’église Sainte-Radeguonde, de style roman saintongeais, subsiste. Vous pouvez également observer des carrelets. Néanmoins, tout cela est menacé par la montée du niveau de l’eau et l’érosion de la falaise.

Eglise de Talmont-sur-Gironde
Il y avait énormément de monde !

Le mot de la fin

Saintes est une bonne destination pour un week-end de vacances à partir de Bordeaux. Située à un peu plus d’une heure en voiture, elle vous permettra de découvrir un important patrimoine antique en visitant l’amphithéâtre romain. Un week-end est suffisant pour voir la plupart des monuments importants et un musée.

Ma seule déception est de ne pas avoir trouver de viande de lièvre des marées. Pour ceux qui ne connaissent pas, un lièvre des marées est un ragondin avec un nom plus vendeur. Je voulais m’essayer à de la nouvelle gastronomie…

One thought on “Un week-end à Saintes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.