L’histoire de Paris

L’histoire de Paris

La ville de Paris a une histoire riche, dont témoignent les nombreux monuments qui la jalonnent. Dans cet article, je fais un petit résumé de plus de 2000 ans d’histoire de paris, afin de mieux s’y retrouver lors des visites de la ville.

 

Les débuts de l’histoire

 

Les premières traces de peuplement de la région remontent à 40 000 ans. On a retrouvé à Paris de nombreux outils, arcs, poterie, et même trois pirogues étant les plus anciennes embarcations découvertes en Europe ! Les principales découvertes se sont faites aux 12e et 15e arrondissements.

L’existence de Lutèce est attestée en 53 avant J.-C. La ville est peuplée par un peuple de gaulois, les Parisii. Leur territoire était au carrefour de ceux de plusieurs importants peuples gaulois. L’emplacement exact de la ville est toujours source de débats : sur l’île Saint-Louis, sur une île aujourd’hui rattachée à la rive gauche, ou bien à Nanterre (découverte en cette ville d’une ville gauloise plus grande que l’île de la Cité)…

Lorsque le lieutenant de César, Labienus, approche de la ville, les gaulois l’incendient mais Labienus les bat ensuite. La ville sera reconstruite mais tardera à retrouver la taille qu’elle avait alors. Les estimations quant à sa population ne sont que de 8 000 à 20 000 habitants au maximum. C’est Saint-Denis, vers 250, qui introduira le christianisme. A la même époque, l’Empire Romain est en crise et la ville de Lutèce se réduit à l’île de la Cité, qui est fortifiée.

Dans la seconde moitié du Ve siècle, Lutèce est incendiée lors de ce qu’on appelle les « grandes invasions ». Sainte Geneviève intervient à cette époque. Elle est associée à plusieurs légendes, selon lesquelles elle aurait par exemple empêché le sac de la ville par Attila. En plus de cela, elle convainc Clovis de construire une église dédiée à Saint Paul et Saint Pierre sur une colline, devenue aujourd’hui la montagne Sainte Geneviève. Elle y est enterrée avec Clovis et Clotilde.

 

Paris au Moyen-Âge

 

Le Haut Moyen-Âge

Paris est la capitale du nouveau royaume des Francs. Plusieurs églises sont bâties et la ville s’étend sur la rive droite. Les invasions Vikings mettent fin à cet étalement urbain. Un premier siège a lieu en 845. La ville est pillée et le roi Charles le Chauve doit payer une rançon pour obtenir leur départ. Les Vikings reviennent plus tard, pillent de nombreuses églises et incendient la ville. Les raids continuent jusqu’à la signature du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Ce traité donne au chef viking Rollon la possibilité de s’installer en Normandie.

Aux débuts de la dynastie des Capétiens, à la fin du Xe siècle, Paris fait partie du domaine royal. Les rois séjournent cependant d’avantage à Orléans. Le roi Robert le Pieux fait restaurer le palais de la Cité, les abbayes et fait de la ville un important centre religieux. L’urbanisation de la rive droite continue sur les collines. Au XIIe siècle, des quartiers comme Saint-Martin-des-Champs ou celui des Halles voient le jour. La rive gauche est reconstruite à cette époque, suite à sa destruction lors des raids vikings.

 

Le Moyen-Âge central

Paris est au carrefour de plusieurs routes commerciales. Les méandres de la Seine offrent de commodes emplacements pour des ports. Le roi Louis VI installe au milieu du XIIe siècle le marché aux Halles de Paris, dans le quartier homonyme. En 1163, débute la construction de la cathédrale Notre-Dame. De nouvelles fortifications sont érigées par le roi Philippe-Auguste. Elles intègrent la nouvelle forteresse du Louvre, située à l’époque à l’ouest de la ville.

La ville prend de l’importance, la Sainte-Chapelle voit le jour en 1248, après seulement six années de construction, l’université de Paris devient indépendante des écoles épiscopales en 1252 et devient une entité à part entière. Dans le domaine économique, une commission financière, ancêtre de la Cours des Comptes, contrôle les comptes royaux. Dans la première moitié du XIVe siècle, Paris compte 200 000 habitants, ce qui en fait la ville la plus peuplée d’Europe. La population décline néanmoins à cause de la Peste noire en 1348.

 

La fin du Moyen-Âge : Paris lors de la Guerre de Cent-Ans

Cette période voit une mutation du modèle féodal et une modernisation de l’Etat. Cela entraîne des troubles. Le prévôt des marchands, sorte de maire s’occupant des travaux publics, de l’approvisionnement de la ville ou des impôts, essaie d’imposer ses idées. Cependant, la noblesse se range derrière le roi Charles V pour reprendre le contrôle de la ville. Le roi fait renforcer les fortifications de la ville, afin de pouvoir la défendre face aux anglais et aux Grandes Compagnies, qui ravagent le pays. Il fait également construire la Bastille.

En 1411, Paris est dans le camp Bourguignon lors de la guerre civile entre Bourguignons et Armagnacs (comme si la guerre de Cent-Ans avec l’Angleterre ne suffisait pas…). Chaque camp veut contrôler la régence du roi Charles VI, devenu fou et donc incapable de gouverner. En 1420, les Anglais prennent Paris, qui a bien souffert des années de conflits. Il faudra un premier siège, infructueux, un complot raté en 1430 et un deuxième siège en 1435 pour reprendre la ville.

Charles VII et Louis XI après lui préfèrent habiter dans le Val de Loire. Paris se remet doucement de la guerre, mais les voies de commerce sont peu à peu reprises aux anglais. Elle reste une ville administrative et la population, qui était d’environ 100 000 à la fin de la guerre, augmente doucement.

 

Paris à la Renaissance

 

Si la Renaissance a un impact visible sur les châteaux de la Loire, elle en a moins à Paris, où le style gothique continue de prévaloir. Le roi intervient au début du XVIe siècle pour édicter une première réglementation d’urbanisme. François Ier fixe sa résidence à Paris et ordonne la reconstruction du Louvre en 1546 ainsi que la construction d’un nouvel hôtel de ville.

Les habitants de Paris sont majoritairement hostiles aux protestants. Le massacre de la Saint-Barthélemy cause le massacre de plusieurs milliers de ces derniers. A partir du règne d’Henri III, Paris devient la résidence des rois de France. La cour fait construire de nombreux hôtels particuliers dont certains subsistent aujourd’hui, tels que l’hôtel d’Angoulême dans le IVe arrondissement, actuellement bibliothèque historique de Paris.

Henri III entre en conflit avec la Ligue Catholique, alors trop puissante à ses yeux, qui le pousse à fuir la capitale. Il fait arrêter l’un des chefs de la Ligue, le duc de Guise, mais cela provoque le soulèvement de ses soutiens. Henri III se réconcilie avec son cousin Henri de Navarre afin de reprendre la capitale. Mais il est assassiné par le moine Jacques Clément. Son cousin lui succède et prend le nom d’Henri IV. C’est en se convertissant au catholicisme à la basilique Saint-Denis que ce dernier arrive à entrer dans Paris.

Au début du règne d’Henri IV, la situation du pays est très mauvaise. Henri IV va alors mener de nombreux travaux pour réduire la misère. Parmi ces travaux, on compte la finalisation du Pont Neuf ou l’agrandissement du Louvre. Il est cependant assassiné par Ravaillac le 14 mai 1610.

 

La fin de la Renaissance, l’époque classique et le siècle des Lumières

Des promoteurs privés continuent les travaux initiés sous Henri IV. On réunit deux îlots pour en faire l’île Saint-Louis dont Louis le Vau réalise l’ensemble architectural. De nombreux couvents sont construits lors de la Contre-Réforme. En 1648, suite à la Fronde, le nouveau roi, Louis XIV, se méfie de Paris.  Il fait détruire les remparts en 1670 et aménage une promenade plantée. Une sorte de Grands boulevards. La ville compte 400 000 habitants, mais la mortalité est plus importante que les naissances. L’immigration provinciale permet tout de même une hausse du nombre d’habitants. En 1677, Louis XIV déménage à Versailles. Il ne se déplace guère à Paris. Colbert y fait néanmoins construire l’hôtel des Invalides, l’observatoire et l’hôpital de la Salpêtrière.

Le siècle des Lumières est une période de salons littéraires et d’expansion économique de Paris. Louis XV revient aux Tuileries en 1715, avant de retourner à Versailles en 1722. Il fait aménager la place de la Concorde, le théâtre de l’Odéon et l’esplanade des Champs-de-Mars. La ville s’industrialise, par exemple avec une irrigation utilisant des pompes alimentées au charbon.

 

Paris de la Révolution à l’Empire

 

La Révolution

La Révolution française débute à Versailles, avec la convocation des États généraux et le serment du Jeu de paume. Paris s’enflamme avec la prise de la Bastille. Le roi Louis XVI doit accepter de venir résider à Paris, au palais des Tuileries, et concède plusieurs réformes. En juin 1791, le roi, sa femme Marie-Antoinette, et leur famille immédiate fuient mais sont arrêtés à Varennes. Après son retour à Paris, le sort du roi n’est pas fixé. Certains exigent sa déchéance, mais la Commune de Paris (le gouvernement révolutionnaire de Paris) et les Constituants font tirer sur la foule.

Les révolutionnaires parisiens se retrouvent notamment dans le couvent des Cordeliers et le couvent des Jacobins, et ont une grande influence sur la Révolution dans le pays. Ils luttent pour l’établissement d’un nouvel ordre sous la devise « Liberté, égalité, fraternité » et fournissent de nombreux bataillons pour défendre les frontières. Le 10 août 1792, les parisiens assiègent les Tuileries. Louis XVI est emprisonné. C’est la fin de la Monarchie française. Lors des élections de cette même année, la Commune de Paris joue la carte de la radicalisation. Les Girondins, portant l’opinion de la bourgeoisie provinciale, plus modérée, sont écartés du pouvoir.

Les arrestations vont bon train, contrairement aux constructions. Cette époque ne laissera pas beaucoup de monuments à la ville de Paris, au contraire. On compte tout de mêmes quelques bâtiments de style néo-classique dans une ville dont l’industrialisation se développe.

 

Paris à l’Empire

Le 2 décembre 1804, un général corse est sacré empereur. Napoléon Ier installe sa capitale à Paris, qui compte un peu plus de 500 000 habitants, ce qui en fait la deuxième ville européenne après Londres. L’empereur fait bâtir des monuments à sa gloire, tels que l’Arc de Triomphe, la Madeleine ou le palais Brongniart. Il ne s’arrête pas aux monuments, en construisant également des fontaines, des quais, des égouts et réorganise la voirie.

 

La restauration de la monarchie

Sous le règne de Louis XVIII et Charles X, ce sont plutôt des acteurs privés qui réalisent les constructions. Ils aménagent de nouveaux quartiers, pendant que de nombreuses usines voient le jour, notamment dans le domaine de la chimie. Le chemin de fer commence à être mis en place en 1837. La population de la ville augmente, mais l’entassement des ouvriers dans certains quartiers les rend vulnérables aux maladies, telles que les épidémies de choléra, qui font des dizaines de milliers de victimes. Ces quartiers sont les foyers de révoltes : les Trois Glorieuses, puis la chute de Louis-Philippe en 1848.

 

Le retour de l’Empire

A cette période, Paris se transforme de façon radicale sous la férule de Georges Eugène Haussmann, Eugène Belgrand et Adolphe Alphand. Haussmann aménage de grandes avenues, ce qui améliore la circulation, mais permet de se débarrasser des petites ruelles où les manifestants posaient des barricades lors de révoltes qui ont provoqué la chute des précédents souverains. Il effectue des aménagements dans le Louvre et le palais des Tuileries. Ces aménagements voient l’apparition d’un nouveau style architectural, qui deviendra le style Haussmannien. L’île de la Cité devient le siège des administrations de la ville. Belgrand agrandit le réseau d’égouts, tandis qu’Alphand crée de nombreux parcs, tels que les Buttes-Chaumont, le parc Monceau, le Parc Montsouris ou l’aménagement des bois de Boulogne et de Vincennes.

C’est sûrement l’époque qui a laissé le plus de marques sur la ville, qui s’agrandit en englobant les hameaux voisins (Belleville, Montmartre, La Villette, Bercy…) situés dans les fortifications édifiées de 1841 à 1844. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, les prussiens font le siège de Paris, où les législatives portent au pouvoir des royalistes favorables à l’armistice. La Commune de Paris débute (1870-1871), alors que les parisiens s’insurgent contre l’idée de cet armistice. Adolphe Thiers réprime la révolte, mais ce sont les républicains qui deviennent majoritaires dans le nouveau conseil municipal.

 

Paris à la Belle Époque

 

Cette époque représente une nouvelle expansion économique de Paris. Paris accueille deux expositions universelles en 1889 et 1900. La tour Eiffel est construite pour la première, tandis que l’on construit le Grand Palais, le Petit Palais, une première ligne de métro et le pont Alexandre III pour la deuxième. Paris reste un centre industriel, mais les usines se déplacent en proche banlieue. Déjà à cette époque, Paris se vide des classes ouvrières.

Paris accueille, de la Belle Époque aux Années folles, de nombreux artistes et obtient une importante influence culturelle mondiale. Tout cela va s’arrêter brutalement au commencement de la Première Guerre Mondiale.

 

Paris dans les guerres

 

La première offensive allemande est stoppée lors de la première bataille de la Marne, durant laquelle les allemands arrivent à 30 km au nord-est de Paris. La ville n’est pas prise, mais subit des bombardements tout au long de la guerre. Ces bombardements ont plus un effet psychologique que destructeur.

Au retour de la paix, Paris est en crise sociale et économique. Une politique de logement peine à voir le jour, tandis que l’on agrandit le métro. Les immeubles en briques construits le long des boulevards extérieurs témoignent de cette période. Paris atteint son maximum d’habitants en 1931 : 2 891 000. A cette époque, la banlieue se développe de façon désorganisée. Paris est le lieu des manifestations contre le gouvernement puis en faveur du Front populaire.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, Paris est déclarée ville ouverte. A la Libération, le général allemand commandant la garnison ne détruit pas la ville, une chance pour Paris qui ne sort pas très endommagée des années de guerre.

 

De la fin de la guerre à nos jours

 

A partir du 22 mars 1968, un mouvement étudiant débute à l’université de Nanterre avant de s’étendre à une grande partie du monde occidental. Si le général de Gaulle est réélu fin juin 1968, il démissionne le 27 avril 1969.

Pompidou décide de détruire les Halles qui ont déménagé à Rungis et les remplace par un nouveau centre commercial, le Forum des halles, au-dessus du métro et de deux lignes de RER. Il fait construire le centre Pompidou, dédié à l’art contemporain.

Giscard d’Estaing projette le Musée d’Orsay, réalisé par son successeur. Mitterrand fait également aménager sur l’ancien site des abattoirs de la Villette, le parc de la Villette où est construite la Cité des sciences. Il met aussi en place l’Institut du monde arabe. Dans l’Est de la ville est construit l’Opéra, ainsi que la Bibliothèque Nationale, pour dynamiser cette partie de la ville.

 

Conclusion

 

Ainsi se termine cet article sur l’histoire de la ville de Paris qui précède, vous vous en doutez, une série d’articles sur la ville. Je compte visiter les 20 arrondissements et faire un article sur chacun d’entre eux ! Sans compter d’autres articles thématiques qui pourront un jour voir le jour, il y a de quoi dire autour de la capitale française. Tout comme pour son histoire, mais je ne pouvais pas parler de tout ! Nous retrouverons ces différents points historiques au cours des visites futures !

 

One thought on “L’histoire de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.