Le début avec Medan à Sumatra

Le début avec Medan à Sumatra

La première ville de mon voyage a été Medan, à Sumatra Nord. J’y étais pour deux raisons principales : aller voir les ourang-outans à Bukit Lawang et aller voir le lac Toba. Mais il y a quelques endroits sympathiques à voir à Medan et je propose de vous en parler avant que l’on parte dans la jungle !

 

L’arrivée à Medan

Tout d’abord, il faut préciser qu’à l’arrivée à Jakarta, une employée de l’aéroport (ou peut-être de la compagnie aérienne, je n’en sais rien) m’attendait. Habillée tout en rose, je ne pouvais pas rater la pancarte avec mon nom (et je ne pensais pas être déjà attendu) ! En fait, c’était pour me dire que si j’étais bien arrivé à Jakarta, ma valise était encore à Singapour ! Mon argument principal pour avoir opter pour la Singapour Airlines ? « c’est la meilleure compagnie au monde, il ne peut rien arriver ». Grande peur de rater mon avion pour Medan à 12h20.

Il faut préciser qu’à la suite d’une erreur dans l’achat de mon billet, j’avais aussi un billet pour le vol de 19h30. Ainsi, je pouvais attendre 11 heures dans l’aéroport pour prendre cet avion. Mais avouez que 12h20, c’est quand même mieux ! Vous aussi ça vous est déjà arrivé d’acheter le mauvais billet ? Ne jamais acheter un billet d’avion avant sa soutenance de fin d’études !!!

A l’arrivée à l’aéroport de Medan, c’est très simple. En face de l’entrée, il y a un bâtiment où il est possible de prendre un train se rendant en ville. Le voyage dure une heure et coûte 100 000 IDR, payable par carte bancaire.

A l’arrivée à la gare, j’attends un peu ma correspondante qui arrive avec sa sœur. Nous utilisons une application pour trouver un chauffeur. Ça pourrait être le sujet d’un prochain article d’ailleurs…

 

La première nuit chez l’habitant

Je suis hébergé chez des amis à elle. Ici, les étudiants qui ne vivent pas chez leur parents sont souvent en colocation dans ce qu’ils appellent une « boarding house ». Rapidement, voici des photos pour visiter l’une d’elles.

Entrée d'une "boarding house"
Entrée d’une « boarding house »
Intérieur d'une "boarding house". Couloir donnant sur la cuisine.
Couloir donnant sur la cuisine. La porte à gauche est celle d’une chambre.
Cuisine d'une "boarding house". Gros bidon d'eau à droite et évier sur la gauche, derrière l'angle du mur.
Avec la chaleur, on comprend facilement pourquoi ils ont besoin d’avoir autant d’eau ! (bon et aussi parce-que celle du robinet n’est pas potable)
Cuisine d'une "boarding house". en la traversant, on arrive à la salle de bain.
Imaginez une enceinte carrée contenant l’eau pour la douche et à droite des toilettes turques.

Je suis très bien accueilli et tout le monde a l’air un peu intrigué. Nous allons voir ses autres amis. L’une d’elle fête son anniversaire aujourd’hui, je constitue apparemment une bonne surprise pour cette occasion. C’est sûr que ça ne doit pas être tous les jours qu’un  » bule  » (un Blanc)  vient lui souhaiter un joyeux anniversaire ! Ils sont très curieux à propos de la France et c’est vraiment cool de pouvoir échanger sur nos vies respectives autour du dîner.

Je réalise vite que ma correspondantes et sa sœur sont les seules à bien parler anglais. Néanmoins, cela ne m’empêche pas de communiquer avec les autres du mieux que je peux à coup de Google Traduction ! Ça me permet d’avoir des explications sur l’utilisation des toilettes. Je comprends pourquoi il est impoli de manger avec sa main gauche… Disons que je vais attendre avant d’y aller !

Mais le plus compliqué, c’est la température ! En France, quand il fait chaud le jour, en général ça descend pendant la nuit. Ben ici, non, pas du tout ! Heureusement, je peux mettre mon matelas gonflable sous le ventilateur ! C’est moins confortable que le lit mais au moins, il y a une petite impression de fraîcheur. Je m’endors tard car je parle longtemps avec tout le monde.

Le lendemain matin, la femme du pasteur vient rendre visite à mes hôtes et arrive avec mon petit-déjeuner. Autant vous prévenir tout de suite : les indonésiens sont de très bons hôtes, à en devenir gênant !

Je ne vais pas tout détailler des soirées à Medan, commençons tout de suite avec les quelques coins touristiques de la ville.

 

Le palais Maimun

Ce palais a été construit en 1888 par le sultan de la ville, et je n’ai absolument rien retenu de son histoire, sinon qu’il ne semblait plus y avoir de sultan quand je suis arrivé.

L’entrée coûte 5000 IDR et pour cause : la visite dure approximativement 5 minutes. 10 en prenant son temps. 30 en acceptant tous les selfies demandés par les indonésiens. Il faut dire que j’attendais quelqu’un devant en parlant avec le gardien, ils ont vite remarqué que je n’étais pas du genre pressé. Alors s’il faut m’occuper… J’ai accepté : un petit moment, je me suis senti célèbre !

Avant cela, j’attendais une amie mais n’ayant toujours pas internet sur mon portable, impossible de la joindre. Heureusement que le gardien a accepté de m’aider. Il n’y a pas à dire, ça aide de parler un peu indonésien.

Le palais Maimun à Medan
Le dimanche, une telle photo serait impossible !
Intérieur de Istana Maimun
C’est classe !
Trône du sultan à Istana Maimun. Couleur or
Je me sens un peu complexé quand j’écris mon article sur une simple chaise…

 

La grande mosquée de Medan

 

Je n’ai pas pu aller la voir après le palais car je devais partir pour Bukit Lawang. J’y suis donc allé le dimanche, la veille de mon départ de Sumatra. C’est un site très intéressant. En effet, il y a des influences diverses dans son architecture. Certains éléments rappellent les royaumes islamiques Espagnols au Moyen-Age. Le minaret est un mélange entre style iranien et égyptien. Le marbre vient d’Italie tandis que les vitraux proviennent de France.

La grande mosquée de Medan
La grande mosquée de Medan

 

Il est possible de la visiter avec un guide. Je ne sais pas si c’est un guide officiel, c’est la correspondante qui était avec moi qui s’est occupé de le trouver. L’entrée est gratuite, les touristes doivent noter leur nom sur un cahier et techniquement, la donation n’est pas obligatoire.

Couloir de la grande mosquée de Medan
Notre guide connaissait tous les bons endroits pour faire des photos. Celle-ci est de moi, de ma propre initiative..

 

L’église Notre-Dame de la bonne santé

 

On va commencer par expliquer qu’elle a été construite pour célébrer l’apparition de la Vierge Marie dans un village en Inde (merci Wikipédia). Oui, je me demande aussi pourquoi elle a été construite ici. Ce que je peux vous dire, c’est que je voulais y aller pour son architecture assez inhabituelle. Regardez plutôt cette photo :

Eglise Notre-Dame de bonne santé à Medan
Au début, ça m’a fait un peu penser à un édifice bouddhique.

 

Je ne sais pas grand chose, si ce n’est que c’est une église catholique. A l’intérieur, les inscriptions sont écrites en indonésien, en chinois et en sanskrit. Enfin, pour la troisième, c’est une supposition, je ne connais rien aux sanskrit mais ça me parait cohérent avec ce que je disais au paragraphe précédent. Il y a une répétition de danse en bas (car oui, il y a deux étages). Il y a aussi toujours des selfies à prendre.

Intérieur de l'église Notre-Dame de bonne santé à Medan
Intérieur de l’église Notre-Dame de bonne santé à Medan

L’élevage de crocodiles

Au sud de la ville se trouve le plus grand élevage de crocodiles d’Asie du Sud-Est. L’entrée est à 10-15 000 IDR pour voir des enclos avec plein de gentils reptiles. Pour 35 000 IDR, vous pouvez lancer un canard dans le marais et commencer les paris sur son espérance de vie. Voilà, ce n’est pas foufou mais il n’y a pas grand chose à faire à Medan. Je vous rassure, je n’ai pas lancé de canard dans le marais. Pauvres crocodiles du coup ! Je vous offre une petite photo :

Elevage de crocodiles à Medan
Un petit plongeon ?

Le zoo de Medan

L’entrée coûte 12 000 IDR. A ce prix vous savez à quoi vous attendre. Et ça me permet d’aller dormir un peu plus tôt ce soir !

Il est possible de se prendre en selfie avec plein d’éléments en fond et de faire un petit tour à dos d’éléphant sans avoir à aller jusqu’à Tangkahan (à environ 5 heures de trajet de Medan). Et pour 12 000 IDR.

Éléphant au zoo de Medan. Nous sommes 4 sur son dos.
Embarquement immédiat !

 

Par contre, il est interdit de nourrir les animaux et j’ai l’impression d’être le seul à respecter cette règle… S’il vous plait, on respecte les panneaux et on ne nourrit pas les animaux. En Indonésie, en France, au Panama, partout… Ce n’est pas parce-qu’il y a un vendeur de cacahuètes devant l’entrée que c’est permis. J’ai vu des singes devenir agressifs à notre passage jusqu’à ce que quelqu’un leur en donne une…

J’ai quand même réussi à ruser à l’entrée. j’ai prétexté vouloir « casser » un billet de 100 000 IDR pour payer l’entrée aux amis qui m’accompagnaient. Histoire de leur rendre la monnaie.

Le quartier Polonia

Je voulais y aller ! Et je crois que j’y suis passé une ou deux fois. C’est un quartier avec d’anciennes maisons de style colonial hollandais. Certains édifices comme l’ancienne Poste sont décrits comme vraiment « à voir » dans le guide touristique. N’hésitez pas à y flâner si l’envie vous en prend.

Il y a aussi un quartier chinois dans la ville et de loin, il me semble avoir vu un temple très coloré. Affaire à suivre…

 

Petit mot sur l’hébergement chez des indonésiens

 

Tout s’est bien passé chez mes hôtes. Cependant, quand vous êtes hébergé chez des locaux en Indonésie, il faut que le « Pak RT » soit au courant. Qui est ce mystérieux « Pak RT » ? En fait, c’est le chef du village, ou du quartier (différent du maire) qui est en charge de l’entraide communautaire, les relations de voisinage, etc. Nous n’en avions rien fait, et il se trouve que quand mes hôtes ont déménagé, le nouveau propriétaire n’était pas trop d’accord que je reste dans sa maison… Ma présence dérangeait aussi quelques voisins. De ce que je comprends hein !

J’ai du donc déménager chez d’autres personnes, des filles cette fois ! C’est ainsi que j’ai failli faire connaissance avec le Pak RT. Le dimanche soir, le dernier soir à Medan, il rentre dans la maison. Il y a trop de bruit ! Moi qui voulait qu’ils me chantent une chanson batak, c’est raté ! En plus, il voudrait savoir ce que font tous ces garçons dans cette boarding house pour filles ! En étant dans la cuisine, il ne m’a pas vu. Mais il est revenu le lendemain matin pour vérifier que les garçons n’embêtaient pas ces jeunes demoiselles.

Je n’ai jamais prévenu qui que ce soit quand j’étais hébergé, même si je disais à mes hôtes que nous étions censés le faire ! Il n’y a jamais eu de problèmes non plus, le voisinage étant au courant de ma présence. Je vous encourage tout de même à faire le nécessaire.

 

Petite conclusion

 

Mon passage à Medan a été vraiment très sympathique, et pas seulement car on peut se rendre de là-bas à Bukit Lawang. Il y a bien de quoi y passer un ou deux jours pour en faire le tour tranquillement. J’ai été ravi d’avoir été hébergé par les amis de ma correspondante. C’était une expérience enrichissante, ils m’ont vraiment accueilli à bras ouverts alors qu’il ne me connaissaient pas. Je n’avais alors que peu parlé à ma correspondante quand elle m’a proposé d’être hébergé chez ses amis. Ils ont été adorables avec moi et j’étais vraiment très gêné de les voir se démener pour que je passe un bon séjour. J’ai quand même réussi à sortir faire mes courses pour mes repas, en étant accompagné.

Le dernier soir, j’ai cuisiné du nasi goreng pour tout le monde. Ce qui constitue la version officielle, puisqu’en réalité, ce sont deux filles de la maison qui ont du faire 90% du travail. Mais ne le dîtes à personne ! J’ai fait du mieux que je pouvais mais force était de constater qu’elles étaient vraiment bien plus efficaces que moi.

Voilà pour ce qui est de Medan, on se retrouve bientôt pour le trek à Bukit Lawang !

entrée des gorges du Todra

Se perdre dans les magnifiques vallées du Dadès et du Todra

Après les nombreuses kasbahs de l’article précédent, nous continuons notre visite de la vallée des mille kasbahs en découvrant cette fois deux éléments naturels : les gorges du Dadès et les gorges du Todra. Bien sûr, nous verrons aussi des kasbahs et nous nous intéresserons à l’environnement dans lequel ces deux merveilles de la nature se trouvent : palmeraie, montagne, ainsi qu’à la vie des habitants dans ces lieux. J’avais initialement prévu de parler de la vallée du Dadès dans…

Lire la suite Lire la suite

la kasbah amridil

Dans les montagnes sur la route des mille kasbahs

A partir de Ouarzazate et jusqu’à Er Rachidia en passant par la vallée du Dadès et la vallée du Todra, nous entrons dans ce qui est communément appelé la « route des mille kasbahs ». Nous allons donc nous lancer dans la découverte des kasbahs, ces constructions typiques du sud marocain. A Rabat, la kasbah des Oudayas était un quartier de plusieurs habitations, entouré d’un mur d’enceinte. Dans le sud marocain, une kasbah est un bâtiment, le plus souvent carré avec une…

Lire la suite Lire la suite

ksar d'aït ben haddou au lever du soleil

Voyage de Télouet à Ouarzazate : les kasbahs font leur cinéma

En quittant Marrakech, je me lance sur la route des mille kasbahs. La destination la plus évidente, à l’est, c’est Ouarzazate. Mais avant, un arrêt s’impose à Aït Ben Haddou et j’ajoute également un arrêt à Télouet. Le point commun entre tous ces lieux ? On y trouve des kasbahs, ces célèbres grandes maisons fortifiées du sud marocain. Ce ne sont que les premières, mais pas les moindres ! Entre la magnificence un peu perdue de la kasbah de Télouet, le village…

Lire la suite Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.